La vision des couleurs

Notre rétine, sensible à la lumière, est la partie interne située à l’arrière de notre œil, ayant la forme d’une coupole hémisphérique d’environ 25 mm de diamètre.
Cette petite coupole contient environ 130 millions de cellules sensibles qui tapissent le fond de la rétine. Il y a des bâtonnets (≈120 millions), qui constituent l’essentiel de nos cellules sensibles, et les cônes (≈10 millions).

Ces derniers sont concentrés dans la zone maculaire et la fovéa. Il n’y a que des cônes dans la fovéa et plus on s’éloigne de cette petite zone centrale, plus le nombre de cônes chute de façon drastique. La macula et la fovéa, son centre, sont situées juste en face de notre pupille. C’est la fovéa qui nous donne l’acuité visuelle. Les cônes sont sensibles à de très faibles variations de teinte lumineuse, ce qui nous permet la vision des couleurs. Ils sont par contre insensibles au mouvement et ne voient pas la nuit.

La nuit, ce sont nos bâtonnets qui prennent le relais. S’ils ne « voient » pas les couleurs, par contre, ils sont très sensibles aux faibles luminances. D’où la vision de nuit ! Ils sont aussi très sensibles aux mouvements. Parmi nos cônes, il y a des cellules sensibles à différentes longueurs d’onde lumineuse.

Close-up d'un oeil
Reflet d'un jardin sur une rétine

Il y les cônes sensibles à la lumière bleue, d’autres à la lumière verte, enfin les derniers à la lumières rouge. À vrai dire, on parle de cônes S, M, L, c’est-à-dire sensibles à des longueurs d’onde Short (courte), Medium (moyenne), Long (grande). Ce sont les longueurs d’onde qui déterminent les couleurs.

C’est le mélange de ces trois « couleurs » que notre cerveau va « lire » et interpréter, nous permettant de déchiffrer un très grand nombre de teintes de couleurs, avec différents niveaux de saturation et de clarté. Notre œil est dit détenir une vision trichromate (trois couleurs). C’est la défaillance de l’un, des deux ou des trois types de cônes qui provoque les problèmes couramment appelés de « daltonisme ». Une personne dont aucun cône ne distingue les couleurs est dite achromate.

Ceci est une approche scientifique académique de la vision des couleurs.
Nous vous engageons à voir une autre approche tout aussi scientifique mais très surprenante : celle de Johan Wolfgang von Goethe, sur le site Youtube : La lumière, l’obscurité, les couleurs. À voir absolument !