La vue nous joue parfois des tours

Les illusions d’optique nous permettent de mettre le doigt (ou plus exactement l’œil) sur la différence entre « vue » et « vision ».

En effet, vous êtes là confrontés au fait que votre œil regarde bien une scène, mais que votre vision de cette scène est « mal » perçue. C’est le passage entre votre sensation visuelle vers sa perception et son identification qui est brouillé. Cela peut jouer sur tous les aspects de cette sensation : la forme, la couleur, la taille ou même son mouvement.

L’interprétation de l’image vue par votre œil est faussée soit par ce qu’il ya contradiction dans le message, soit parce que se mêlent vos souvenirs et votre mémoire, soit l’ensemble des deux phénomènes se cumulant à des degrés divers.

D’où la fragilité des témoignages de gens ayant vu une scène et qui, de bonne foi, vont en donner des interprétations parfois très différentes ! Madame la Justice, bon courage !

Notre œil n’est pas une simple caméra. Les illusions sont les témoins des différents étages d’intégration de l’image formée sur notre rétine.

Notre « vision » du monde est le résultat :

  • d’une stimulation des photorécepteurs rétiniens qui sont regroupés en cônes et en bâtonnets puis en champs de perception. Ces champs de perception transmettent une information via des cellules « regroupant » plusieurs centaines de nos cellules sensibles, Ainsi passe-ton de 120 millions de cellules photosensibles à 1 million de fibres dans notre nerf optique. Ensuite il y a les différents étages du cerveau…
  • et surtout d’une construction mentale, à partir des messages nerveux reçus.
Effet d'optique

Notre cerveau vit avec un « passé ». D’autres images rencontrées dans des scènes similaires peuvent venir interférer dans le décodage de celle toutes fraîches que nous recevons. Notre cerveau risque dons d’amplifier des contrastes, recréant des contours, des couleurs, des perspectives, des reliefs, des mouvements, en fonction d’anciennes images engrammées.

Et comme nous n’avons pas les même vécu, et malgré une anatomie et une physiologie comparable du cerveau, nous manifesterons donc des sensibilités et des perceptions différentes d’une personne à l’autre, d’où une sensibilité variable à certaines illusions.

Sans compter que toute cette machinerie peut subir des phénomènes de fatigue !
Nous vous renvoyons à quelques sites d’illusions d’optique qui vous amèneront sûrement à réfléchir sur ces phénomènes :